E.T. et Elliott: l’acteur Henry Thomas avec son ami extraterrestre dans une scène du film « E.T.: l’extraterrestre » réalisé en 1982. (Photo: Universal Pictures/Getty Images)

L’histoire de l’humanité compte plusieurs histoires de personnes qui auraient été « contactées » par des anges, des dieux ou… des extraterrestres.


Le terme « contacté » (du terme anglais contactee) n’apparaît en fait qu’à partir des années ’50, alors qu’une toute première vague de soucoupes volantes semble tout à coup envahir un ciel jusque-là plutôt tranquille.

Certaines personnes auraient été non seulement contactées, mais également enlevées par des extraterrestres. C’est là l’un des aspects les plus controversés de l’ufologie et du phénomène ovni et le moins scientifiquement prouvé.

Des milliers de personnes, surtout aux États-Unis, prétendent depuis plus de 50 ans avoir été enlevées par des extraterrestres.


Les contactés, avant les soucoupes volantes

Déjà au 18e siècle, le scientifique, théologien et philosophe Emanuel Swedenborg déclarait être en contact avec le paradis et les anges ainsi qu’avec des habitants d’autres planètes. Soulignons ici que les contacts de Swedenborg n’habitaient pas plus loin que la planète Saturne, soit la planète la plus éloignée connue à l’époque…

En 1891, Thomas Blott publie un livre, The Man from Mars, dans lequel il déclare avoir rencontré un Martien dans l’état du Kentucky, avec lequel il a conversé, non pas de façon télépathique ou en martien, mais en anglais.

En 1900 est publié un autre livre, From India to the Planet Mars. L’auteur, Theodore Flournoy, rapporte des déclarations de Helene Smith, une femme qui, lorsqu’elle tombait en transe, dictait des informations cueillies lors de ses visites psychiques sur la planète Mars. Elle disait parler et comprendre le dialecte martien. Sauf que le langage martien d’Helene Smith s’est avéré n’être en fait que du français déformé.

En 1930, William Magoon déclare dans son livre William Magoon: Psychic and Healer qu’il a été transporté sur Mars au début du siècle de façon aussi inattendue qu’instantanée. Il décrit la planète à l’identique de la Terre, avec des villes et des étendues sauvages, où l’on trouve la radio et des automobiles. Les Martiens sont invisibles, mais Magoon a pu sentir leur présence.

À peu près au même moment, Guy Ballard fonde le mouvement I am, en déclarant que plusieurs années auparavant, lui et plus de 100 autres personnes ont été les témoins de l’apparition de 12 Vénusiens dans une caverne sous le mont Shasta, dans le sud de la Californie. Les Vénusiens auraient jouté de la musique puis leur auraient montré un appareil semblable à un miroir qui leur transmettait des images de la vie sur Vénus. Le mouvement I am est un mouvement ésotérique encore important aujourd’hui, mais qui n’insiste plus beaucoup sur cette apparition de Vénusiens…


Les contactés (et kidnappés) après les soucoupes volantes

Fait à noter, ce n’est qu’en 1947 que les ovnis sont mentionnés, soit après l’affaire Kenneth Arnold, un pilote américain qui, le premier, a parlé d’objets volants non identifiés (que la presse a, par erreur, décrits comme ressemblant à des soucoupes volantes)…

À partir de ce moment, les ovnis pullulent et les contactés et les kidnappés se font de plus en plus nombreux, en commençant par George Adamski, qui déclare avoir photographié des vaisseaux provenant d’autres planètes, rencontré des extraterrestres et voyagé avec eux.















un supposé ovni, photographié le 13 décembre 1952 par George Adamski avec un télescope de 6 pouces. (Photo : Adamski Foundation)

Les photos de vaisseaux vénusiens prises par George Adamski ont soulevé bien des doutes, ne serait-ce que parce que les appareils d’atterrissage de l’engin ressemblent un peu énormément beaucoup à de simples ampoules.

Adamski n’est que l’une des nombreuses personnes qui racontent, à l’époque, avoir eu des conversations avec des voyageurs de l’espace (souvent d’apparence humaine), à avoir visité leurs soucoupes volantes et effectué des voyages jusqu’à leurs vaisseaux mères, dans l’orbite de la Terre, et même parfois jusqu’à la Lune, Mars, Vénus, Jupiter, Saturne…

Puis changement de tactique, vers la fin des années 50, alors que de plus en plus de contactés déclarent que leurs contacts avec les extraterrestres se font plutôt par voie psychique, par télépathie ou encore lorsque les contactés sont en transe.

Antonio Vilas-Boas est l’une des premières personnes ayant déclaré avoir été enlevé par des extraterrestres dont l’histoire a retenu l’attention des médias à l’échelle internationale. Ce fermier brésilien né en 1934 et mort en 1991 a raconté avoir été kidnappé par des extraterrestres en 1957. Une fois dans leur vaisseau spatial, une humanoïde l’aurait approché, il aurait été terriblement attiré par elle, ils auraient eu une relation sexuelle, après quoi l’humanoïde se serait frotté le ventre avant de pointer le doigt vers le haut, annonçant ainsi à Antonio qu’elle allait élever leur enfant là-haut dans le ciel.

Entre 1953 et 1978, un autre contacté, George Van Tessel, un ingénieur en informatique, a organisé des Conventions de vaisseaux spatiaux interplanétaires de Giant Rock (Giant Rock Interplanetary Spacecraft Convention) dans le désert de Mojave, en Californie. À la fin des années 1950, ces conventions réunissaient des milliers de personnes.









George W. VanTessel, le 12 mai 1965.

(Photo: Ira Gay Sealy/The Denver Post via Getty Images)

En août 1953, Van Tessel a raconté qu’un vaisseau spatial venu de la planète Vénus s’est posé non loin de Giant Rock. Son occupant a réveillé Van Tessel, l’a invité à monter à bord puis lui a ensuite expliqué une technique pour régénérer le corps humain. Un an plus tard, VanTessel et quelques autres ont commencé, à Landers, à quelques kilomètres de Giant Rock, la construction de l’Integratron, un bâtiment antigravité permettant le voyage dans le temps et censé effectuer cette régénération.

VanTessel est mort en 1978, quelques mois avant l’ouverture officielle de l’Integratron.

Après sa mort, le bâtiment a été acheté et vendu plusieurs fois avant d’aboutir entre les mains de trois soeurs, au début des années 2000, qui en ont fait un lieu touristique.


Le Sicilien Eugenio Siragusa, né en 1919 et mort en 2006, s’est fait connaître internationalement quand il a affirmé avoir été contacté par des extraterrestres pour amorcer une mission de rédemption de l’humanité avant l’apocalypse. Pour ce faire, il a fondé le Centre d’études Fraternité cosmique, qui a joui dans les années 1970, à l’époque où le mouvement Nouvel âge battait son plein, d’une grande popularité.

Toujours dans les années 1970, le Suisse Billy Meier déclare avoir eu des centaines de contacts avec des extraterrestres et qu’il a documenté leurs conversations. L’homme a écrit plus de 40 bouquins sur le sujet et publié des centaines de photographies de soi-disant soucoupes volantes.

Difficile de parler de contactés sans parler de Raël, un autre personnage qui aurait été contacté par des extraterrestres (les Élohim) dans les années 1970 avant de fonder le mouvement raëlien, l’un des plus importants mouvements religieux ovnis à exister de nos jours.

L’un des plus récents contactés est Stan Romanek, du Colorado, qui a déclaré avoir eu une première rencontre avec une soucoupe volante en 2000 et plusieurs depuis. Il aurait été enlevé, son corps aurait subi de mystérieuses blessures qui brillaient lorsque vues sous une lumière noire, il aurait eu des communications avec des extraterrestres, de vive voix ou de façon télépathique et certains d’entre eux l’auraient même suivi en voiture ou auraient visité sa maison.

En 2003, Romanek a raconté s’être réveillé habillé dans une robe en flanelle. De ce fait, il en déduisait que des extraterrestres l’avaient enlevé puis l’auraient ramené chez lui, habillé différemment. Plus tard, Romanek a expliqué que la robe était en fait celle de Betty Hill, une femme qui, avec son mari, aurait supposément été enlevée par des extraterrestres en 1961. L’histoire de Betty Hill était le premier cas 

Stan Romanek, en 2009. (Photo: Joel E. Rowan/Wikimedia Commons)


allégué d’enlèvement par des extraterrestres et c’était aussi la première fois qu’apparaissaient des E.T. gris de petite taille.

En février 2014, Romanek a été arrêté et inculpé de possession et distribution de matériel de pornographie juvénile.

Encore récemment, les médias britanniques rapportaient l’histoire d’une femme qui affirme avoir été enlevée à plusieurs reprises par des extraterrestres semblables à des reptiles. Non pas qu’elle se souvienne de ces rencontres, puisqu’il ne lui reste plus aucun souvenir à son réveil, mais c’est ce qu’elle déduit des traces et blessures qu’elle découvre sur son corps quand elle s’éveille après ces supposées “abductions”.

Ce genre d’histoires pullulent tant dans les médias populaires que sur Internet. Encore là, difficile de démêler le vrai du faux… Comme dans le cas de Meng Zhao Guo.

Meng Zhao Guo est un fermier chinois qui a déclaré avoir brisé ses voeux de mariage pour la première et dernière fois avec une extraterrestre à l’âge de 29 ans. “Elle mesurait 10 pieds (3,03 m) et avait six doigts, mais sinon elle avait tout à fait l’air d’une humaine, a-t-il dit. J’ai tout raconté à ma femme ensuite. Elle n’était pas trop en colère”.

Les tests ont prouvé que le kidnappé disait la vérité et les médecins ont conclu que les cicatrices de Zhao Guo “ne pouvaient avoir été causées par des blessures ou des chirurgies ordinaires”. La photo le montre en train  de passer un test de détecteur de mensonges en 2003. L’homme n’est pas très éduqué et n’avait jamais entendu parler d’ovnis ou d’extraterrestres avant de raconter son expérience.


source : http://actualites.sympatico.ca/