« LA PREUVE QUE LES HUMAINS NE VIENNENT PAS DE LA TERRE » D’UN ÉCOLOGISTE AMÉRICAIN


En se basant sur la physiologie humaine qui serait inadaptée à la Terre, l’écologiste américain Ellis Silver déroule dans son dernier livre un argumentaire pour prouver que les humains viennent d’ailleurs.

Charlatan pour les uns, intéressant pour les autres, le Dr Ellis Silver a au moins l’intérêt d’ouvrir le débat. Dans son dernier ouvrage intitulé « L’Homme n’est pas issu de la Terre: évaluation scientifique de la preuve », l’écologiste tente de montrer que la physiologie de l’Homme ne le prédestine pas à vivre sur Terre et qu’il aurait donc été amené là par des extra-terrestres ou serait arrivé sur Terre par accident..

Pour lui, les faits sont simples, l’Homme ne serait pas adapté à l’environnement dans lequel il vit. Maux de tête, coup de soleil, difficultés à accoucher.. tout ceci prouverait que notre espèce n’a pas évolué sur Terre mais dans un environnement avec une plus faible gravité.

Notre peau serait inadaptée puisque nous ne pouvons pas rester durant de longues périodes au soleil. « Les humains ne sont pas conçus pour être autant exposés au soleil. Contrairement aux lézards, nous ne pouvons pas être exposés tous les jours sans qu’il n’y ait de conséquences. Alors pourquoi sommes-nous sur Terre ? », s’interroge-t-il. « L’humain est soi-disant l’espèce la plus développée de la planète , mais il est étonnamment inadapté et mal équipé pour l’environnement de la Terre. Il est lésé par la lumière du soleil, a une forte aversion pour les aliments d’origine naturelle et a des taux ridiculement élevés de maladies chroniques », ajoute Ellis.

L’homme poursuit son argumentaire sur la grossesse et des difficultés à accoucher. « Il est difficile pour les femmes de donner naissance. Cela peut entraîner le décès de la mère et de l’enfant. Aucune espèce sur Terre n’a ce problème ». Les nombreuses maladies enfin seraient selon lui la conséquence d’une évolution de nos horloges biologiques pour qui une journée devrait durer 25 heures. Ceci a par ailleurs été prouvé par des chercheurs qui ont montré que l’horloge interne des nourrissons est de 25 heures et qu’il leur faut 3 mois pour se synchroniser avec celle de leurs parents. [Université Lyon 1]

Face à ce qu’il estime être de trop nombreuses « incohérences », Ellis se dit certain que « Nous ne sommes pas d’ici ». « Cela suggère que l’humanité peut avoir évolué sur une autre planète. » ajoute-t-il. Il va même plus loin en avançant les raisons de notre présence. « Puisqu’il semble que nous soyons une espèce naturellement violente, nous sommes probablement ici jusqu’à ce que nous apprenions à mieux nous comporter. [...] La Terre pourrait être une planète-prison ».

Pour une prison, on peut dire qu’elle a quand même certains charmes. Et malgré ses faiblesses, l’Homme a tout de même su trouver les moyens de s’adapter à presque tous les milieux, y compris dans l’espace, ce qu’aucune autre espèce de la Terre n’a pu faire.

Nous sommes tous des extraterrestres !

Des civilisations avancées d’êtres humains existeraient-elles éparpillés au sein de notre galaxie ? On rencontre désormais des personnes convaincues que l’ADN humain contient des gènes extraterrestres aussi bien chez les physiciens, les cosmologues et les anthropologues que chez les écrivains, les médiums et les contactés. La race humaine ne serait en définitive que le résultat d’une sorte de "pot-pourri génétique" issu des manipulations successives de différents peuples galactiques.

Le "Projet Génome Humain" (PGH) a permis d’établir définitivement le séquençage génétique de notre espèce en 2004. Selon l’un des groupes de chercheurs ayant travaillé sur ce projet, il existerait un taux de probabilité très élevé que "les séquences non codantes" de l'ADN humain, qui correspondent à ce que l’on appelait auparavant l’ADN "poubelle" (Junk DNA) et qui désignent les 97 % de notre ADN dont on ignore encore la fonction exacte, proviennent de codes génétiques issus de formes humaines de vie extraterrestre.

Les séquences non codantes sont communes à tous les organismes vivant sur la Terre, des insectes aux humains, en passant par les poissons, les oiseaux et les mammifères. Selon le professeur Sam Chang, responsable du groupe, cet ADN "poubelle" serait d'origine extraterrestre. Il s’agirait de sortes de "gènes resquilleurs" qui n’auraient somme toute fait que "profiter du voyage" pour arriver sur notre planète en même temps que les gènes actifs.

NOTA : N’en déplaise à ceux qui ont cherché à faire passer cette information pour un canular d’obédience New-Age, le Professeur Samuel Chang existe bel et bien et a activement participé au PGH en tant que cytogénéticien (Cf. seconde partie de la liste figurant sur CETTE PAGE).

Au terme d’une analyse complète menée avec l'aide d'autres chercheurs, mathématiciens et informaticiens, le Professeur Chang en est arrivé à la conclusion que l’ADN poubelle humain pourrait avoir été créé dans le cadre d’un programme extraterrestre, les parties "aliènes" de notre ADN possédant leurs propres veines et artères, ainsi que leur propre système immunitaire qui résiste vigoureusement à tous les médicaments anticancéreux.

En 2004, le génome de l’Homme a été (presque) intégralement séquencé, c’est-à-dire que la quasi-totalité de la succession des nucléotides qui constituent les macromolécules d’ADN humaines – le génome – est connue et disponible sous la forme d’un texte long de près de 3 milliards de lettres. Selon Samuel Chang, il serait principalement d’origine extraterrestre.

Son hypothèse est qu'une forme supérieure d’intelligence extraterrestre s’est impliquée dans la création de nouvelles formes vie et a décidé de l’implanter sur différentes planètes. La Terre ne serait que l’une de ces planètes. Peut-être nos créateurs ont-ils programmé de nous faire"pousser" de la même manière que nous cultivons des germes de blé ou des bactéries ? Selon le Professeur Chang, il semble en tout cas bien difficile de connaître leurs motivations et de savoir s’il s’agit pour eux d’une sorte d’expérimentation scientifique, ou bien d’un moyen de préparer de nouvelles planètes en vue d’une colonisation ultérieure, ou encore d’un processus classique d’implantation de la vie dans l'univers.

Il estime que, si l’on aborde la question du point de vue de notre logique humaine, nos "programmeurs extraterrestres" travaillaient probablement au départ sur un code-source adaptable à plusieurs projets, et que chacun de ces projets pourrait avoir produit diverses formes de vie adaptées à différentes planètes. Ils ont peut-être essayé différentes solutions : après avoir conçu le code-source, ils l’ont exécuté, n'ont pas été satisfaits de certaines applications, ont essayé de les modifier ou d’en ajouter de nouvelles, fait d'autres améliorations, essayé encore et encore... "

Le Professeur Chang a été le premier chercheur à identifier scientifiquement la forte probabilité d’une origine extraterrestre de notre humanité. Il pense qu’il est possible que nos "géniteurs galactiques" aient décidé d’interrompre leurs travaux à un moment où, pour une raison inconnue, ils se seraient trouvés confrontés à une situation d’urgence. Dans une précipitation apparente, ils auraient alors réduit le code-source de façon drastique au moment de développer le programme spécifiquement destiné à la Terre. En tant que spécialiste en oncologie, il estime possible que cette "précipitation" dans le sequençage originel de notre ADN, soit la cause de l’apparition du cancer. Car cette maladie n’est à l’origine rien d’autre que la transcription d’une erreur d’encodage sous forme de croissance illogique de la masse cellulaire.

Samuel Chang explique avoir acquis la certitude que notre ADN est un programme hybride composé d’un code-souche et d’un code spécifique à la Terre. Le fait que le code-souche soit d’origine extraterrestre devrait, selon lui, être prochainement admis et reconnu par l’ensemble de la communauté scientifique. D’ailleurs, les gènes humains ne permettent pas à eux seuls expliquer l'évolution de l’homme ; il y a nécessairement quelque chose d’extérieur qui est intervenu dans le processus. 

« Tôt ou tard », affirme-t-il « nous en arriverons à l’incroyable conclusion que l’homme terrestre transporte le code génétique de ses cousins extraterrestres et que l'évolution n'est pas du tout conforme à ce que nous pensions. »

Cette extraordinaire découverte scientifique semble conforter les thèses soutenues à la fois par des channels mondialement reconnus, qui canalisent des messages transmis par des visiteurs galactiques, et par certains observateurs qui prétendent avoir eu des contacts avec des extraterrestres ayant une apparence humaine.

Selon Barbara Marciniak, auteur de Les Messagers de l’Aube et de Famille de Lumière, les Pléiadiens seraient des humains comme nous et représenteraient l’une des souches fondamentales de notre famille originelle. Ils seraient intervenus activement au cours des phases initiales d’ingénierie génétique qui ont abouti à la formation de l’humanité terrestre, et auraient jadis participé en grand nombre à l’établissement de notre patrimoine génétique primordial, c’est-à-dire à la mise au point de notre ADN à segmentation variable (12 segments actifs à l’origine, 2 actifs et 10 désactivés actuellement, puis, de nouveau 12 actifs à partir de 2012).

D’après elle, l’ADN cosmique de l’être humain comporte 12 filaments actifs et non pas seulement 2. « Il existe un Dessein ou Plan Divin dont nous faisons partie. » affirme-t-elle. « Ceci est dû à l’évolution de l’ADN. Lorsque les 12 spirales de notre ADN seront en place, ces spirales commenceront à se connecter sur le système des 12 chakras. Et nous pourrons nous élever bien au-delà de ce que nous avons jusqu’à présent établi comme notre limite du possible. »

NOTA : Les centres énergétiques de l’homme, les chakras sont effectivement au nombre de 12 (7 internes + 5 externes) et non pas de 7 comme on l’a longtemps supposé, en correspondance avec les 12 luminaires et planètes de notre système solaire, si l’on y inclut la fameuse dixième planète (quel que soit le nom qui lui soit par ailleurs attribué).

La responsabilité génétique de l’humanité pléiadienne envers l’humanité terrestre aurait depuis des temps immémoriaux amené les Pléiadiens à s’investir dans une vaste mission de guidance des Terriens. C’est pourquoi ils auraient choisi de revenir vers nous, au terme de notre longue expérimentation dans l’isolement de la matière, et de révéler progressivement une partie de leur immense savoir aux canaux et aux contactés, puis aux scientifiques du monde entier, afin de nous aider à reconquérir notre rang primordial au sein de la Fraternité Galactique.

Barbara Marciniak ajoute que les Pléiadiens sont blonds, fins, élancés et d’une très grande beauté. Leur contribution au patrimoine génétique de l’humanité correspond au côté doux, aimable, délicat, attentionné, impersonnel et quasi-angélique que l’on peut observer chez les êtres les plus avancés dans leur évolution. Ils appartiennent à une race en laquelle notre humanité peut et devrait faire totalement confiance.

De nombreux contactés en sont arrivés à la même conclusion : non seulement les extraterrestres humains ont fourni une partie du patrimoine génétique nécessaire à l'évolution humaine, mais un certain nombre d’entre eux se sont incarnés comme dans des familles humaines sur la Terre en tant que "semences d’étoiles".

Ces "enfants des étoiles" sont décrits par Brad et Francie Steiger comme des sortes de cousins extraterrestres qui auraient décidé de venir s’incarner sur la Terre en vue d’accélérer le développement spirituel et l'évolution de l’ensemble de l'humanité.

George Adamski, Orfeo Angelucci, George Van Tassell, Howard Menger, Paul Villa, Billy Meier, Jacques Carter, Pierre Monnet, Alex Collier et la plupart des contactés considèrent les extraterrestres de souche humaine comme des êtres bienveillants et positifs. Et ils pensent presque tous que l’homme de la Terre a des origines extraterrestres, comme en témoigne cet extrait vidéo de 1996 où l’on voit Jacques Carter puis Pierre Monnet présenter à la télévision française des témoignages assez similaires au niveau du message spirituel qu’ils souhaitaient délivrer à notre humanité.

Les contactés Jacques Carter et Pierre Monnet évoquent la question de nos origines extraterrestres la télévision française en 1996 :

On peut d’ailleurs arriver à cette même conclusion aussi bien à partir du darwinisme orthodoxe que de l’étude des mythologies. D’un côté, si l’on se réfère à la théorie de l’évolution, il est impossible qu’un être aussi évolué que l’homo sapiens soit apparu sur la Terre en un laps de temps aussi court. De l’autre, si l’on considère les mythes de plusieurs civilisations anciennes, l'homme y est décrit comme un descendant de dieux venus du ciel pour le façonner à leur image. L’homo sapiens peut donc être considéré comme un être hybride, incorporant un mélange des gènes terrestres de l'homo erectus et de gènes extraterrestres provenant de la "race des dieux".

Un certain nombre d’écrivains pensent également que la Terre fut jadis visitée ou colonisée par des astronautes extraterrestres, et qu’ils ont ensuite amélioré l'homo erectus primitif au moyen du génie génétique pour créer la race humaine actuelle, celle de l'homo sapiens. Les plus célèbres sont le suisse Erich von Daniken et l'américain Zecharia Sitchin, auxquels on peut ajouter le franco-allemand Anton Parks.

Avant l'avènement de l’ère du voyage spatial et de la génétique, une telle théorie concernant les origines de l'humanité n’aurait jamais pu être conçue et encore moins acceptée. Et même maintenant, à l’aube du XXIème siècle, il y encore beaucoup de personnes qui la considèrent comme de la pure science-fiction. Cependant les invraisemblances soulevées par la théorie orthodoxe de l'évolution humaine, et a contrario le caractère plausible d'une intervention génétique extraterrestre conduisent à envisager désormais cette hypothèse comme une solution potentielle sérieuse au mystère entourant les séquences non codantes de notre ADN.

Le Docteur Michael E. Salla est un universitaire talentueux qui a occupé des postes importants à l'Université Nationale Australienne et à l’Université Américaine de Washington DC. Il est l'un des fondateurs de l’exopolitique dont l’objectif est d’établir un dialogue ouvert et éclairé sur et avec les extraterrestres, afin de promouvoir l’avènement d’un nouveau système mondial de gouvernement basé sur la qualité de la vie et l’appartenance de l’homme terrestre à une communauté élargie d’êtres intelligents. Dans son livre Exopolitique : Implications politiques de la présence extraterrestre (Éditions Dandelion, 2004), il explique qu’un nombre important de races extraterrestres, connues de diverses institutions et organismes internationaux, sont actuellement en train d'interagir en ce sens avec la Terre et la population humaine.

Clifford Stone, un ancien sergent de l'armée américaine qui a participé à des opérations pour récupérer des restes de vaisseaux extraterrestres accidentés et obtenir des informations "d’Entités Biologiques Extraterrestres (EBE)", a révélé qu'il y avait à l’époque de la guerre du Vietnam au moins 70 races extraterrestres connues de l’armée américaine. Le Docteur Salla pense, comme Clifford Stone et Bob Dean, autre militaire américain ayant eu des contacts avec des extraterrestres, que certains de ces êtres sont capables de se fondre dans l’humanité au point qu’ils puissent s’asseoir à côté de vous au restaurant ou dans un avion sans que vous ne vous doutiez de rien.

Selon le contacté Alex Collier, nous sommes le résultat d'une manipulation génétique extraterrestre d’ampleur galactique. Il est persuadé que nous sommes porteurs d'un ensemble de gènes constitué de différents blocs de mémoire raciale provenant d'au moins 22 races extraterrestres différentes. Il affirme lui aussi que les extraterrestres de souche humaine aident actuellement l'humanité terrestre à évoluer d'une manière responsable, c’est-à-dire sans mettre en danger ni sa propre survie ni celle de la grande communauté galactique à laquelle elle appartient.

Différents groupes de chercheurs en exopolitique et de contactés indépendants pensent ainsi que les extraterrestres de souche humaine cherchent à élever la conscience humaine et à promouvoir l'avènement d’une religion unique qui pourrait être une religion solaire. Ils auraient révélé à Alex Collier que des messages fondamentalistes ont jadis été intentionnellement incorporés aux textes de l’Islam, du judaïsme et du christianisme afin de donner à certains groupes la possibilité de manipuler et de contrôler l’humanité.

Selon lui, Jésus était un extraterrestre dont la mission était d’orienter la conscience collective de l'humanité vers l'unité, et non de créer une religion chrétienne à connotation sexuelle répressive, qui a maintes fois servi à légitimer des atrocités racistes telles que le commerce d'esclaves et les massacres de populations commis au nom de la religion. Jésus aurait passé la plus grande partie de sa vie à Massada et y serait mort en l’an 74 lors de la prise de la forteresse par les Romains.

Alex Collier pense que Jésus était un extraterrestre

Les extraterrestres auraient expliqué à Alex Collier que le "scénario du sauveur" aurait été ajouté à nos croyances dans le but de diminuer notre confiance en nous. Ce dogme avait pour objet de légitimer la création d’élites secrètement chargées de mettre en place des structures capables d’organiser le contrôle et la répression au nom de la morale au sein des gouvernements et des entreprises.

Les efforts des extraterrestres de souche humaine pour inspirer un idéal spirituel aux humains de la Terre se seraient heurtés aux efforts des barons du matérialisme en vue de maintenir leur contrôle sur les populations, ce qui aurait abouti à la mise en place programmée d’un agenda d’oppression concrétisé par l’avènement de régimes totalitaires.

Les extraterrestres de souche humaine auraient alors cherché à aider l'humanité à se libérer de ces structures oppressives en facilitant l’élévation du niveau de conscience des masses populaires.

Dans un article intitulé Les Extraterrestres parmi nous, publié en Octobre 2006, le Docteur Salla affirme qu’il existe des preuves que des visiteurs extraterrestres ont rejoint nos villes et ont vécu parmi nous jusqu'à tout récemment, et que cela est connu par un certain nombre de gouvernements et de responsables d'institutions internationales.

En dehors des témoignages de militaires, comme Robert Dean et Clifford Stone, un certain nombre de personnes affirment avoir rencontré des extraterrestres se faisant passer pour des citoyens ordinaires dans la plupart des grandes villes de la planète.

George Adamski a été le premier à écrire sur des extraterrestres vivant secrètement parmi la population humaine. Dans Inside the Flying Saucers (À l’intérieurs des soucoupes volantes), son deuxième livre relatant ses contacts avec des extraterrestres, il raconte comment des extraterrestres de souche humaine arrivaient à se fondre au sein la population de nos villes. « Ils nous ressemblaient tellement », explique le Docteur Salla « qu'ils étaient capable de travailler parmi nous, d’habiter dans nos immeubles et de conduire nos voitures. »

La controverse sur la crédibilité d’Adamski et de ses contacts continue. Mais ses témoignages ont toujours été soutenus par une impressionnante collection de photographies et de témoins dont aucun n’a jamais conclu à un canular et dont aucun n’est jamais revenu sur ses dépositions.

Premier contact de troisième type entre Orthon et Adamski

Le fameux contact d’Adamski au milieu du désert californien, marqué, le 20 novembre 1952, par la sortie d’un vaisseau éclaireur d'un extraterrestre, fut observé par six témoins qui signèrent tous des attestations confirmant la version d’Adamski présentée dans son livre Les soucoupes volantes ont atterri (1953). En fait, quatre des témoins rapportèrent immédiatement ce qui s'était passé àla Gazette de Phoenix, qui publia dès le 24 novembre photos et croquis.

Adamski ne fut pas le seul de contacté à déclarer que les extraterrestres étaient capables de se fondre dans la population humaine. Howard Menger, par exemple, a également affirmé avoir été contacté par les extraterrestres se présentant comme des citoyens ordinaires. Ces humains de souche extranéenne ont souvent été présentés comme des êtres d’une grande élégance ; les femmes, notamment, sont décrites comme des créatures d’une grande beauté.

Une Pléiadienne

Alex Collier a révélé à la télévision américaine qu'il y a plus de 135 autres milliards d'êtres humains dispersés dans les 8 galaxies les plus proches de la nôtre.

Il affirme que la première fois qu’il a pénétré à bord d’un de leurs vaisseaux, les enfants qui se trouvaient à proximité avaient commencé à s’éloigner de lui précipitamment, sans doute indisposés par la lourdeur de sa vibration de terrien.

« Nous avons une très mauvaise réputation, » précise Alex Collier, « parce que nous sommes la seule race humaine de cette galaxie dont les membres soient capables de se faire la guerre et de s’entretuer. Nous sommes la seule race humaine qui laisse ses semblables vivre dans la pauvreté et même mourir de faim. Nous sommes les seuls à accepter que d’autres membres de notre race puissent être sans-abri. Nous sommes la seule race qui ait accepté de transformer certains des siens en esclaves et de les vendre. J’ai vraiment honte de l’image qu’ils nous renvoient de nous-mêmes. Et pourtant il n’y a aucun jugement de leur part. Simplement, ils ne comprennent pas pourquoi nous nous comportons de la sorte. Si quelqu'un a une réponse à cela, qu’on me la donne ! Oui, nous avons été manipulés par des systèmes de croyance, mais pourquoi et au nom de quoi devrions-nous continuer à nous conformer à ces systèmes de croyance ? »

Nous sommes actuellement les seuls êtres de cette galaxie à prétendre rendre un culte au Créateur à travers ce que nous appelons des "religions" tout en acceptant que d’autres membres de notre race vivent dans la pauvreté et même meurent de faim.

Si les extraterrestres humains existent, comme tout le laisse supposer, le sauvetage de notre humanité de son apparente course actuelle à l'autodestruction peut très bien s'appuyer sur un système de gouvernance qui, comme le leur, fasse définitivement table rase de toute forme de dérive égoïste et sectaire et instaure un partage équitable des richesses et de la connaissance.


source : yahoo