Nous sommes le 15 octobre 1957 à Sao Francisco de Sales au Brésil dans la province de Minas-gérais. 

Antonio Villas Boas, un jeune agriculteur de 23 ans, laboure la nuit les terres familiales au volant de son tracteur pour éviter les grosses chaleurs de la journée. 

Il est minuit trente et ce que va vivre le jeune homme cette nuit-la va bouleverser sa vie. 

Et va être le premier témoin d'enlèvement extra terrestre à attirer l'attention. 

Le jeune homme aperçoit soudainement des lumières dans le champ, qu'il décrit comme « une étoile rouge », un objet volant arrondi de forme étrange qui se pose a proximité de son tracteur. 

Selon Antonio son envergure était d'une dizaine de diamètre, il luisait dans la nuit et était entouré d'une multitude de petites lumières rouges. 

Ce n'est pas la première fois qu'Antonio voyait cet étrange engin, il l'avait aperçu la vieille avec son frère et avait courus après en lui faisant de grands signes pensant à un appareil en détresse.

L'appareil est tout prêt de lui, Antonio est effrayé et s'aperçoit qu'il ne s'agit en rien d'un appareil civil ou militaire. 

La porte de l'appareil s'ouvre, deux extra-terrestres en sortent en combinaisons grises avec d'étranges casques sur la tête, Antonio prend peur et s'enfuit, il est vite rattrapé et les Extra-terrestres l'emmènent de force dans leur appareil. 

Antonio déclare avoir été retenus prisonnier par des extra-terrestre durant 4 heures et avoir subi des examens médicaux. 

Les Extra-terrestres l'auraient déshabillé et lui aurait passé un gel étrange de la tête au pied. 

Il fut ensuite emmené dans une pièce de forme semi-circulaire, fermer par une porte étrange orné de symboles. 

Il aurait ensuite été victimes de divers prélèvement et de prises de sang avant d'être emmené dans une troisième pièce, où il aurait été laissé seul durant trente minutes. 

Pendant ce temps un étrange gaz est injecté dans la salle rendant Antonio d'une humeur agressive. 

La quatrième salle ou Antonio déclare avoir été emmené ne manque pas de piment, selon le jeune homme il aurait été forcé par les extra-terrestres à avoir des relations sexuelles avec une femme extra-terrestre dénudée et consentante, lui permettant d'avoir une vision très précise sur la morphologie de cette créature. 

Selon la description d'Antonio, cette femme avait des cheveux qui semblaient décolorés, d'un blond presque blanc, une raie aux milieux. 

Ses cheveux étaient doux et descendaient jusqu'à sa nuque. 

Ses yeux étaient larges et bleus, d'une forme allongée voir bridé. Antonio déclara : "C'était ce qu'il voulait de moi, un bon étalon pour perpétuer leur race". 

Il n'a pas pu entamer de dialogue avec ses geôliers venus d'un autre monde, mais ils lui firent visiter l'appareil en se faisant comprendre par des gestes. 

Ce qui permit à Antonio d'avoir une vision détaillée de ce mystérieux vaisseau spatial. 

Antonio déclare durant une interview à un journaliste : « Je pouvais facilement voir la forme de l'objet c'était comme un grand œuf allongé avec deux roues d'engrenage. » 

Après l'incident Antonio fut ramener chez lui et dormit toute la journée. 

Durant les deux jours qui suivirent Antonio fut pris d'insomnies, tout son corps le faisait souffrir et il avait perdu tout appétit. 

Il souffrait de nausée, mais était incapable de vomir.

Le huitième jour Antonio remarqua une blessure infecté pensant qu'elle était du a son travail à la ferme. 

Quinze jours plus tard d'autres lésions apparurent sur ces avant-bras et sur ses jambes. 

L'évolution des plaies étaient semblables à la première, trois mois plus tard un docteur du nom de Fontes examina encore des lésions non guérit. 

Pour le docteur Fontes de l'école nationale du Brésil, les symptômes d'Antonio suggéreraient une exposition à des radiations ionisantes. 

(Malgré que Antonio n'ai subi aucune chute de cheveux) 

Ce témoignage incroyable fit grand bruit à l'époque. 

Le chercheur Peter Rogerson, qui a étudié l'histoire d'Antonio doute de la véracité de son témoignage. 

Il note que quelques mois avant, une nouvelle est parue dans une revue du Brésil et qu'Antonio aurait pu se servir des détails de ce conte. 

Une polémique s'en suivi ou d'autres chercheurs ont émis le fait qu'un paysan des régions intérieurs du Brésil devait être analphabète et incapable se s'inspirer d'une nouvelle parut dans un journal. 

Edit Bullard, un chercheur américain connus pour ses intéressantes recherches sur les ovnis, souligna très justement qu'un agriculteur de cette région possédant un tracteur, mettait la famille Boas au-dessus de la classe moyenne des paysans de cette région. 

Antonio Villas Boas, se retira ensuite de la vie publique, pris des cours de droit par correspondance et devint avocat, il mourut en 1992. 

Aujourd'hui encore, aucune explication ne fut donnée sur les mystérieuses blessures d'Antonio et sur les symptômes similaires aux conséquences d'une exposition à de fortes radiations qu'a développé Antonio suite a son incroyable histoire.