Cette expérience correspond à l’impression d’avoir été "enlevé" par des extra-terrestres. Au-delà de son caractère particulièrement original, des milliers de personnes pensent avoir vécu une telle expérience, en particulier aux États-Unis.

On peut remarquer un certain nombre d’étapes caractéristiques et récurrentes dans les expériences d’abduction. Celles-ci se caractérisent tout d’abord par la "capture", qui se produit le plus souvent durant la nuit, et lors de laquelle la personne a l’impression d’être "enlevée" par des extra-terrestres. Vient ensuite une phase "d’examens", physique et psychologique, qui peut s’avérer particulièrement désagréable. On remarque alors souvent un "tour", une "visite dépaysante" et une "théophanie"(réception d’un message religieux ou spirituel). L’abduction se termine généralement par une phase de "retour" et des "conséquences" qui peuvent être aussi bien d’ordre physique (marques sur le corps et troubles psychosomatiques) que psychologique (stress post-traumatique). Ce dernier aspect rend ces expériences particulièrement intrigantes étant donné que de récents travaux de recherche ont démontré que les personnes concernées manifestent des symptômes et des signes physiques de stress post-traumatique identiques à ceux occasionnés par des traumatismes classiques.

Les abductions se produisent le plus souvent à l’heure du coucher ou durant le sommeil. Elles sont fréquemment décrites sous la forme d’un rêve au contenu inhabituel. Les détails de ces expériences émergent parfois durant des sessions d’hypnose pratiquées après coup pour retrouver des aspects présumés cachés d’une expérience partiellement remémorée.

L’expérience d’abduction est complexe et encore relativement mal comprise. Certains facteurs psychologiques comme la tendance aux faux-souvenirs, l’hypnotisabilité, la paralysie du sommeil ou encore la tendance à l’imaginaire ont pu être reliés aux expériences d’abduction. En outre, certains parallèles entre les récits de sciences fictions et les abductions ont également été proposés, ainsi que l’influence possible de l’état hypnotique dans la création de faux souvenirs. Le travail clinique auprès des personnes rapportant ce type d’expérience consiste notamment à les aider à en élaborer les aspects potentiellement traumatiques et fascinants.